Actualités Delen

Nos réalisations en matière de durabilité en 2020

01 juin 2021 | Actualités Delen

Durant la pandémie, la Banque a continué à appliquer sa politique de durabilité avec conviction. Ou plutôt : certainement durant la pandémie. À l’occasion de la publication du rapport de durabilité, nous nous sommes entretenus avec René Havaux (CEO), Eric Lechien (CFO), Jean- Louis de Hasque et Elio Rombouts (Investment Office).

La durabilité, également reprise sous l'acronyme ESG, est un terme très large qui fait référence à l’environnement, la responsabilité sociale et la bonne gouvernance. L’investissement responsable est le principal levier à cet égard. Quelles actions avez-vous entreprises en 2020 ?

Elio : Nous avons approfondi notre processus d’investissement durable qui repose sur trois piliers. Nous avons tout d’abord remplacé la liste d’exclusion externe que nous utilisions jusqu’alors par nos propres principes, avec nos propres critères renforcés, élaborés à partir des informations de Sustainalytics, une société spécialisée en données relatives à la durabilité.

Jean-Louis : Concernant l’engagement, nous entrons en dialogue avec les entreprises pour les aider à renforcer leur politique en matière de durabilité. Cette année, nous avons participé à plus de 200 assemblées générales de sociétés en portefeuille, et avons exercé notre droit de vote à près de 3.000 reprises. Via notre partenaire Hermes EOS, nous nous joignons aux investisseurs qui partagent les mêmes idées, pour un poids total de 1.000 milliards d’euros.

Cette année, nous avons participé à plus de 200 assemblées générales et avons exercé notre droit de vote à près de 3.000 reprises.
Jean-Louis de Hasque

Elio : Il faut en tenir compte en tant que société cotée. Ainsi, le capital de nos clients bénéficie d’un impact certain en ayant une voix qui compte.

Jean-Louis : Quant au 3ème pilier – l’intégration des paramètres non financiers – nous avons réduit les risques ESG, c’est-à-dire les risques liés au non-respect des règles environnementales, sociales et de gouvernance.

Elio : Prenez l’exemple du secteur des énergies fossiles. Ses acteurs ressentent incontestablement la baisse d’enthousiasme des investisseurs s’ils ne font pas assez d’efforts en faveur des énergies renouvelables et de la réduction de leurs émissions de CO2.

Nous utilisons désormais notre propre liste d’exclusion, avec nos propres critères renforcés, sur la base des données de Sustainalytics.
Elio Rombouts

L’investissement responsable profite-t-il également au client ?

René : Certainement. Une partie de la surperformance des portefeuilles (par rapport au marché au sens large) provient de notre philosophie d’investissement responsable.

Elio : Les portefeuilles sont surpondérés dans les entreprises pionnières en matière d’ESG. Elles ont d’ailleurs surperformé en 2020. À l’inverse, les entreprises avec des risques ESG plus élevés sont moins présentes dans nos portefeuilles. Elles ont été largement délaissées par les investisseurs en 2020.

La pandémie s’est invitée dans tous les aspects de la vie en entreprise. Avec comme point positif, la réduction des émissions de CO2 de la Banque.

Eric : Permettez-moi d’abord de remettre cela en perspective : les émissions indirectes de CO2 via les entreprises dans lesquelles nous sommes investis représentent pas moins de 99 % de notre empreinte totale. Cela ne minimise pas l’impact direct au travers de notre propre organisation. Les deux principales sources de CO2 sont nos bâtiments et notre flotte de véhicules. Notre ambition est de passer concrètement à l’énergie verte européenne dès 2022. Dans nos projets de rénovation, nous recherchons également des solutions efficaces sur le plan énergétique sans pour autant sacrifier le côté chaleureux et accueillant qui caractérise si bien Delen.

Nous n’agissons pas comme tel pour cocher la case correspondante dans la liste ESG, mais parce que nous sommes convaincus qu’il s’agit de l’approche la plus rentable à long terme pour le client.
Eric Lechien

René : Nous avançons aussi à grands pas en matière de mobilité durable. Nous envisageons des stimuli pour encourager à faire des choix respectueux de l’environnement.

Comment la distanciation sociale a-t-elle été vécue par les collaborateurs et les clients ?

René :Dans un métier comme le nôtre, basé sur le contact personnel, cela nécessite des efforts supplémentaires. Nos chargés de relation ont appelé personnellement tous leurs clients pour les tenir informés et les rassurer. Car outre le confinement, nous avons connu une correction boursière de -35 %. Cette démarche a vraiment fait la différence : nous avons convaincu 99 % des clients de ne pas céder à la panique et de rester ainsi investis. Ils ont ainsi pu profiter de la reprise rapide et spectaculaire des bourses. Les clients nous en sont reconnaissants : sur l’année 2020, nous enregistrons un flux net positif de capitaux. En outre, nos solutions digitales ont démontré leur valeur ajoutée en permettant de maintenir le contact entre le client, la Banque et le chargé(e) de relation, même à distance. Les Delen Digital Talks en sont un bel exemple. Mais ne vous y trompez pas : même si nous sommes très reconnaissants envers la technologie, il n’y a rien de tel qu’une bonne discussion entre un chargé de relation et son client dans l’atmosphère chaleureuse de nos bureaux, une tasse de café à la main. Aucune application ni visioconférence ne peut rivaliser.

La digitalisation a-t-elle mis à l’avant-plan la protection de la vie privée et la sécurité des données ?

René : C’était déjà le cas précédemment, mais avec la pandémie, nous avons redoublé d’efforts à ce sujet. La sécurité est une question de technologie, de procédures strictes mais aussi de personnes. Sur ce dernier point, nous avons réalisé plusieurs campagnes de sensibilisation.

Cela nous amène au sujet de la bonne gouvernance – la dernière lettre de ESG. Cela a-t-il toujours été un point d’attention chez Delen Private Bank ?

Eric : Absolument. Prenez par exemple la fiscalité. Nous ne proposons que des solutions transparentes et fiscalement correctes. Cela vaut tant pour nos clients – une gestion fiscale correcte de leur patrimoine – que pour notre propre organisation – le paiement correct des impôts. Nous tenions déjà le même discours il y a 20 ans. Nous n’agissons pas comme tel pour cocher la case correspondante dans la liste ESG, mais bien parce que nous sommes convaincus qu’il s’agit de l’approche la plus rentable à long terme pour le client. Les ODD (Objectifs de Développement Durable) nous donnent une grille de lecture pour analyser en détail notre manière de faire.

Nous sommes très reconnaissants envers la technologie, mais il n’y a rien de tel qu’une bonne discussion, dans l’atmosphère chaleureuse de nos bureaux, une tasse de café à la main. Aucune application ne peut rivaliser.
René Havaux

La crise du Covid-19 a mis en évidence la vulnérabilité de la société. Qu’a fait la Banque sur ce plan ?

René : Delen Private Bank a toujours soutenu les initiatives culturelles et sociales. Il s’agit d’un engagement durable. Nous ne laissons donc pas tomber ces organisations et ces personnes, même – et certainement pas – dans les moments difficiles. En plus de nos partenariats permanents, tel celui avec la Brafa, nous soutenons également un certain nombre de projets à caractère social. Le virus a frappé partout, mais les groupes vulnérables ont été les plus touchés. C’est pourquoi nous soutenons des initiatives telles que l’Ackermans & van Haaren Solidarity Fund, la Fondation Roi Baudouin, notamment pour l’achat de matériel médical, ou encore Clap and Act, pour la recherche sur le Covid-19.

Pour conclure, une citation de Milton Friedman qui a écrit dans son livre Capitalisme et Liberté : « Seule une crise conduit à un véritable changement ». Êtes-vous d’accord avec cela ?

René : Partiellement. Bien sûr, nous avons dû nous réinventer. Cela va de pair avec un processus d’apprentissage, mais je ne parlerais pas d’un changement radical. Nous sommes restés fidèles à qui nous sommes parce que nous étions bien préparés.

Eric : La crise a accéléré tous ces processus, mais elle ne nous a pas brusqués. En effet, nous avions déja une certaine avance. Lorsqu’il a fallu prendre rapidement des mesures drastiques, nous avons dû un peu improviser malgré tout. Dans ces moments-là, la cohésion est primordiale. Nous y travaillons quotidiennement, avec conviction et enthousiasme.

Vous pouvez lire l’interview dans son intégralité dans le rapport de durabilité . Vous trouverez également ici de plus amples informations sur notre gestion responsable et notre politique de durabilité.

 
 
Français
Nederlands Français